BINOT Josse François Sophie

Arras (paroisse Sainte-Croix) 13.04.1715 - Arras1792. Dernier trésorier des chartes d’Artois en titre.

Élu en 1742  pour succéder à Yves Quarré du Repaire, député ordinaire aux États d'Artois, sur le 19e fauteuil

Josse-François Binot naît à Arras, paroisse Sainte-Croix, en 1715. Son père, Jean-François, est un marchand originaire de Boiry-Sainte-Rictrude, sans doute installé depuis peu à Arras puisqu'il est devenu bourgeois de la ville récemment, en 1710. Josse devient aussi bourgeois à 22 ans, en 1737. C’est le premier moyen de progresser socialement.

Il part faire des études de droit à Paris et il est possible qu’il noue à ce moment une solide amitié avec Alexandre Harduin. Il est reçu avocat au Conseil d’Artois en 1740.

Binot semble relativement solitaire, introspectif. Il devient trésorier et garde des Chartes d’Artois le 6 août 1742 et le reste jusqu’à la Révolution. Cet « officier a toujours été regardé pour être à la suite des Membres du Conseil Provincial d'Artois… Il y a toujours eu deux serrures et deux clefs de ces archives, dom l'une a été confiée à l'un des Officiers de la Compagnie. » Le dépôt est mal installé dans le Conseil d’Artois dont les bâtiments sont très délabrés à la fin du XVIIIe siècle, et il est seul face à une masse d’archives en désordre, sans inventaire. Il collationne et recopie des actes pour les Etats d’Artois très sourcilleux de maintenir leurs anciens privilèges et pour des familles nobles ayant besoin de faire preuve de leurs titres. « La vogue était alors aux études sur l'histoire de la province ; mais le désordre des archives, joint au manque d'inventaires, paralysait les recherches ; on s'en plaignait vivement. Les États d'Artois, désireux de satisfaire à ces légitimes réclamations, résolurent, en 1775, de faire procéder un classement général, en adjoignant à Binot des collaborateurs d'une compétence reconnue. Diverses combinaisons furent proposées ; elles échouèrent l'une après l'autre. », cela jusqu’à ce que Denis Godefroy soit nommé en 1785. « Rien n’était changé d'ailleurs aux attributions officielles de Binot. Il resta trésorier et garde des chartes comme avant ».

Son métier intéressait donc l’Académie qui se penche à cette époque sur l’histoire de la province. C’est sans doute outre son amitié avec Harduin, une des raisons de son admission quelques mois plus tard, le 10 novembre 1742. Il en est durant 40 ans un des membres les plus actifs. Il en devient trésorier, puis directeur en 1753 et 1769.

A l’Académie, il fréquente aussi Louis Cauwet, membre de la société depuis 1745, parent par alliance d’Alexandre Harduin. Il rencontre ainsi la sœur aînée de Cauwet, Marie Hélène Onuphre, mariée à Philippe Durieux, marchand en gros et échevin d’Arras. Elle perd son mari… et Josse l’épouse en 1755, alors qu’il est un vieux célibataire de 40 ans. Archiviste, homme du passé, il meurt en 1792 avec l’Ancien régime.

Sources

État civil : naissance, 5 MIR 041/19, p. 336/1357.
Introduction du tome I de l’Inventaire sommaire des chartes d’Artois, série A, par Jules-Marie Richard. Le Trésor des chartes d'Artois, fonds clos dès lors que les institutions centrales de l'État flamand-bourguignon s'installèrent à Lille (en 1385), à Dijon puis plus tard à Bruxelles et à Malines, fut placé sous la garde des trésoriers de chartes des États d'Artois. En 1785, Denis-Joseph Godefroy, garde des archives de la chambre des comptes à Lille, fut chargé par le Roi et les États d’Artois de classer et d’inventorier l’ensemble du fonds. Il constate à son arrivée que le local où est conservé le Trésor des chartes est inadapté : les titres sont très serrés sur des étagères trop petites aux dépends des sceaux qui sont en partie brisés.
Etat de la France, 1789, p. 252 sq, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97655577.
GUESNON, La trésorerie des chartes d'Artois avant la conquête française de 1640, 1896, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k667833

Catherine Dhérent