Une des plus anciennes sociétés savantes de France, l'Académie des Sciences, Lettres et Arts existe à Arras depuis 1737, même si la date indiquée sur cette gravure de Nonot est 1738.

Devenue Académie royale sous Louis XV, en 1773, elle accueille sous l’Ancien Régime d’« honnêtes hommes » pénétrés de l’esprit des lumières comme Dubois de Fosseux qui crée un réseau de correspondants dans toute la France. La Révolution fait cesser les activités de la Société et six membres sur vingt neuf sont guillotinés dont Maximilien de Robespierre. En 1817, elle se recrée « pour concourir au développement des connaissances et provoquer et favoriser les études qui intéressent le Pas-de-Calais ». Depuis 1818, elle édite des Mémoires, organise une fois par mois, des conférences et chaque année des concours comme en 2006 d’Histoire, de Poésie, de Prose, de Patois, de Musique et des Beaux Arts. Depuis février 2019, grâce à la municipalité d'Arras, elle partage avec les Rosati, un bel espace rue des Jongleurs à Arras, dans l'Hôtel de Guînes construit en 1740 et qui fut au XXe siècle, propriété d'un académicien, Omer Gourlet.

 

Une séance de l'Académie d'Arras dans l'Hôtel de ville, vers 1932-1935

 

Bibliographie

Pour approfondir l'Histoire de l'Académie d'Arras de 1737 à 1872, consultez le très utile ouvrage du chanoine Eugène VAN DRIVAL, alors secrétaire général de l'Académie. Publié en 1872, il est accessible en ligne sur le site de l'université de Lille en cliquant ici.

BERTHE Léon-Noël, Sociologie de l'Académie d'Arras