Paris (14e) 07.04.1960. Archiviste départemental.

Élu en 2003 au 20e fauteuil ; reçu le 25 juin 2006 ; il succède à Patrice Marcilloux.

D’origine lorraine par son père devenu chef du service de documentation du C.E.A. à Saclay, Jean-Éric IUNG fait ses études en région parisienne avant d’intégrer l’École des Chartes. Archiviste-paléographe en 1983, sa thèse de fin de scolarité porte sur l’approvisionnement des troupes françaises des armées pendant la guerre de Succession d’Espagne, sujet qu’il traite encore ultérieurement pour d’autres époques de l’Ancien Régime et d’autres régions dans des recherches ponctuelles. Successivement affecté aux archives départementales du Puy-de-Dôme puis de la Meurthe-et-Moselle, il est nommé directeur des archives départementales du Cantal (1990), puis du Pas-de-Calais (2003).

Élu à l’Académie d’Arras dès son arrivée dans le Pas-de-Calais, il y est reçu en 2006 au 20e fauteuil laissé libre par le départ de Patrice Marcilloux, son prédécesseur à la direction des archives départementales. Il s’y investit avec plaisir et donne plusieurs communications. En 2008, nommé archiviste départemental de la Moselle, il quitte Arras pour Metz, mais demeure membre honoraire de l’Académie.

Il a appartenu aux sociétés savantes des départements où il a été en poste. Il est membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2016, membre de la Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine (Metz) et du Comité des travaux historiques et scientifiques (section histoire moderne et des Révolutions).

Publications

Ses nombreuses recherches portent sur l’histoire des provinces, villes et régions où il a exercé, en rapport avec l’histoire militaire et l’histoire institutionnelle de l’époque moderne le plus souvent (avec des incursions jusqu’au xxe siècle en Moselle). Leurs résultats sont publiés dans les revues historiques locales et les mémoires des académies dont il fit ou fait partie – Clermont-Ferrand, Arras et Metz – et dans les livres édités par les collectivités publiques de rattachement.

On retiendra pour l’Artois et le Boulonnais :

- « Voyage impérial et distinctions honorifiques : Napoléon III à Arras, Saint-Omer, Calais et Boulogne (1853) », « 1854 : les camps du Nord, un cinquantenaire discret » et « Légionnaires de la Grande Guerre parmi les conscrits du Pas-de-Calais », dans Deux siècles de Légion d’honneur à Boulogne-sur-Mer, Arras, Conseil général du Pas-de-Calais, 2004, p. 25-41 et 53-58.

- « 1815-1818 : une rude prise de contact », dans Une petite Angleterre ? Les Britanniques sur la Côte d’Opale, Dainville, Direction des archives départementales du Pas-de-Calais (catalogue de l'exposition tenue au musée des beaux-arts et de la dentelle de Calais du 27 novembre 2004 au 23 janvier 2005), 2004, p. 11-33.

- « 1709-1711 : la guerre en Artois », dans Mémoires de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Arras, 6e série, t. V (1991-2006), Arras, 2007, p. 207-216.

J.-É. Iung