Imprimer

Arras 25.12.1875 – Arras 21.04.1951. Ingénieur agronome, ancien directeur des parcs et jardins des Mines de Lens, un pionnier des Jardins ouvriers, dans la ligne de l’abbé Lemire.

Lauréat du concours des sciences de l'Académie en 1933, puis membre correspondant, élu membre résident le 21 décembre 1945 pour succéder au magistrat Albert Aubron sur le 7e fauteuil, reçu le 29 novembre 1946. Il est remplacé en 1951 par le pharmacien René Delhaye.

D’origine modeste, il accède à l’École nationale d’horticulture de Versailles, d’où il sort ingénieur agronome. Après son service militaire au 8e RI à Saint-Omer, il s’installe à Lens en 1898, où il est employé comme architecte paysagiste par la Cie des Mines de Lens.  Il épouse Berthe Lenoir, fille d’un cultivateur de Foufflin-Ricametz, à Vendin-le-Vieil, Fosse 8, le 16 janvier 1905. Dans le cadre de ses fonctions, il promeut le développement des Jardins ouvriers. Au Congrès des Jardins ouvriers à Paris, le 9 novembre 1912, il donne un rapport sur les Sociétés d’horticulture et sur les Jardins ouvriers.

Replié en 1914, il est affecté aux Mines de Bruay. Après la guerre, il retrouve la Cie des Mines de Lens qui le nomme directeur des jardins et plantations avec le grade d’ingénieur horticole. Il publie « Le Jardin du mineur », ouvrage couronné par la Société nationale d'horticulture de France  et par la Société artésienne d'horticulture, plusieurs fois réédité. En 1933, il obtient la médaille d’argent (grand module) au concours de sciences de l’Académie d’Arras pour son mémoire : « L’œuvre des jardiniers à travers les âges ». À partir de ce moment, il est élu membre correspondant et plusieurs fois invité pour des communications  sur des sujets d’histoire naturelle et d’horticulture. En 1939 il est vice-président de la Fédération des Jardins ouvriers du Nord de la France et directeur de l’Amicale des Jardins ouvriers de la Société des Mines de Lens.

Retraité après la Seconde guerre mondiale, il s’installe à Arras. Il est élu membre résident de l’Académie et participe dès lors, avec assiduité à toutes ses activités.

Dans son éloge funèbre au cimetière d’Arras, le chanoine Lestocquoy, président, souligne sa simplicité et sa modestie, sa délicatesse et sa bonté profonde.

 

Commandeur du Mérite agricole, le 20 octobre 1927, au titre de directeur de la Société des jardins ouvriers des Mines de Lens.

Officier du mérite agricole (Belgique).

Prix de vertu sociale de la Société des Sciences de Lille, 1935.

 

 

 

Publications dans les Mémoires de l'Académie

Origine de la conception des engrais chimiques (résumé), MAA, 3e série, t. XIII (1933-1934-1935), p. 212.

Les jardins ouvriers, remède contre le chômage (résumé), MAA, 3e série, t. XIV (1935-1937), p. 60-61.

Les jardins ouvriers et la santé (résumé),  MAA, 3e série, t. XIV (1935-1937), p. 134-135.

Les fasciations (résumé), MAA, 3e série, t. XV (1937-1940), p. 29-30.

L'oeuvre du baron de Courset (résumé), MAA, 3e série, t. XV (1937-1940), p. 91.

Les anobies, MAA, 4e série (1941-1942), fascicule 4, p.188-195.

Les fasciations végétales, MAA, 4e série (1945-1946), fascicule 1, p. 11-21.

 

Publications

Le jardin du mineur, Société des Mines de Lens, Lille, 1922,

 

Sources

État civil : naissance AD 62, 5 MIR 041/40, p. 1226/1301 ; mariage AD 62 3 E 842/15, fosse 8, p. 44/189.

Fiche matricule : Saint-Omer 1895-277, 1R_9162, p 393/698.

DELHAYE René, éloge funèbre d’Arthur Choquet, MAA, 5e série, t.1, (1946-1951), p. 31-32.

Grand Écho du Nord de la France, Carnet, 11 novembre 1912 et 11 octobre 1934.

Le Petit Marseillais, 21 novembre 1927.

Michel Beirnaert