Neuville-Saint-Vaast 03.11.1857 – Arras 15.01.1943. Conseiller à la cour d’appel de Douai.

Élu le 1er octobre 1926 pour succéder à Joseph Louart sur le 7e fauteuil., reçu le 27 octobre 1927, il est remplacé le 9 avril 1943 par René Bargeton, archiviste départemental. 

Fils d’un notaire de Neuville-Saint-Vaast, il fait carrière dans la magistrature, successivement avocat stagiaire à Béthune et à Amiens (1879-1881), attaché au parquet de la Cour d’appel d’Amiens (mars 1880), substitut du procureur de la République à Doullens (1881-1883), substitut du procureur de la République à Compiègne (1883-1884), juge d’instruction à Abbeville (1884-1894), président du Tribunal civil de Péronne (1894-1905), conseiller à la Cour d’appel de Douai (1905-1918).

Resté à son poste à Douai occupé par les Allemands depuis octobre 1914, il est désigné comme otage le 30 décembre 1917, et déporté d’abord en Allemagne le 6 janvier 1918, puis au camp de représailles de Milejgany en Lituanie où il reste jusqu’au 15 mars 1918. Il est finalement libéré et rentre en France par Évian le 15 juillet 1918.

Il se retire à Arras où il est élu à l’Académie en octobre 1926. Il en est vice-chancelier de 1931 à 1935.

Chevalier de la Légion d’Honneur au titre du ministère de la Justice.

 

Publication dans les Mémoires de l'Académie

Discours de réception le 27 octobre 1927, MAA 3e série, t. VII (1927), p.179-194

 

Sources

VAILLANT Louis, Hommage à la mémoire de M. Aubron, MAA, 4e série, fascicule 1 (1943), p.3-4.

LESTOCQUOY Alfred, Réponse au discours de réception de M. Aubron, MAA 3e série, t. VII (1927), p.195-218.