Saint-Omer 12.11.1826 - Arras 18.12.1896. Avocat, parlementaire et ministre.

Reçu en 1866 au 19e fauteuil.

Fils d’un menuisier, il fréquente le collège Saint-Bertin de Saint-Omer, fait de brillantes études et commence une carrière de professeur de rhétorique dans ce même collège. Licencié es-lettres puis docteur en droit, il s’installe en 1856 comme avocat à Arras. Neuf fois bâtonnier, jurisconsulte réputé, il siège à l’Académie d’Arras depuis 1866 et écrit deux ouvrages historiques sur la jeunesse de Robespierre et la Terreur dans le Pas-de-Calais. Félicité par des historiens de renom comme Guizot et Taine, Paris a durablement marqué l’historiographie de la Révolution dans le Pas-de-Calais. Il est aussi un fervent catholique : ancien secrétaire de Louis Veuillot, membre de la conférence de Saint-Vincent-de-Paul, président du conseil de fabrique de l’église Saint-Jean-Baptiste d’Arras. Il contribue à la fondation du journal catholique et conservateur Le Pas-de-Calais. Il est élu le 8 février 1871 à l’Assemblée législative sur une liste de conservateurs et de monarchistes légitimistes soutenant le comte de Chambord. Son éloquence et sa compétence juridique en font une personnalité remarquée du monde politique. En 1876 les grands électeurs du Pas-de-Calais l’envoient au Sénat. En mai 1877, il est nommé ministre des Travaux publics dans le « gouvernement du seize mai » présidé par Broglie. Après la victoire des Républicains, il retourne au Sénat et s’occupe des questions douanières, ferroviaires et universitaires (liberté d’enseignement pour le Supérieur). Battu en 1882, il revient au Sénat en 1885. Il ne se représente plus en 1891 et décède en 1896.

Un hommage unanime lui est rendu lors de ses obsèques célébrées en présence de l’évêque d’Arras Alfred Williez. Le musée des Beaux-Arts d’Arras conserve de lui deux bustes sculptés par Louis-Noël.

Publications :

Histoire de Joseph Lebon et des tribunaux révolutionnaires d’Arras et de Cambrai, Arras, 1864.

La jeunesse de Robespierre et la convocation des Etats généraux en Artois, Arras, 1870.

Sources :

HILAIRE Yves-Marie : pp.253-254-255-289-375-606.

MENAGER Bernard, FLORIN Jean-Pierre, GUISLIN Jean-Marc, Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République, Lille, 2000, p. 196.

GUISLIN Jean-Marc, Un ministre artésien dans la crise du 16 mai. La correspondance entre Auguste et Lucie Paris (16 mai - 23 novembre 1877), Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, Université Charles-de-Gaulle-Lille3, 2002, 300 p.

Alain Nolibos