André Mervaux

  Trélon (Nord) 11.03.1925 – Farbus 29.07.2016. Militaire en retraite, ancien colonel du Train.

Élu le 29 juin 1979 pour succéder au docteur René Baude  sur le 28e fauteuil, il est reçu le 28 mars 1982 par le colonel André Calimez Il est remplacé le 15 décembre 2021 par Frédéric Turner

Fils de Paul Mervaux, clerc de notaire à Trélon (Nord) et de Clémence, née Lesne. Après de brillants résultats scolaires, il intègre le prestigieux lycée Sainte-Geneviève de Versailles (Yvelines) où il réussit, à l’âge de 19 ans, le concours d’entrée à l’école militaire de Saint-Cyr.

Tout d’abord affecté aux Affaires indigènes, il se porte ensuite volontaire pour l’Indochine puis pour l’Algérie. Il retrouve sa région Nord-Pas-de-Calais, à laquelle il était très attaché, au 525e Groupe de Transport d’Arras où il passe 14 années très actives puis termine sa carrière à Lille (Nord) au commandement du Train.

Le colonel André Mervaux était une figure dans le monde militaire et, à sa retraite, il continue à servir son pays en qualité d’officier de réserve. Il adhère à la Société des Officiers de Réserve d’Arras (SORA) et lui fait bénéficier pendant plus de trente ans de ses précieux conseils et de son concours actif et sans faille depuis son entrée au conseil d’administration en 1978 jusqu’à sa nomination en 2009 en qualité de président d’honneur.

André Mervaux était président d’honneur de l’Amicale des anciens « Tringlots » du Cobra et des Hauts-de-France, après de très nombreuses années de présidence, membre de l’Association des anciens auditeurs de l’Institut des hautes études de la défense nationale, vice-président à titre militaire de l’Association du monument de Notre-Dame de Lorette et garde d’honneur du groupe de Vimy, membre de l’Association des anciens combattants de Farbus (Pas-de-Calais), membre fondateur et ancien président du comité de jumelage Farbus–Maihingen (Allemagne) dont il devient le président d’honneur.

André Mervaux était très actif dans le monde associatif.  Passionné d’histoire, il était membre de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Arras, des Rosati ; de l’ASSEMCA (Association de Sauvegarde des Sites Et Monuments du Centre d’Arras). Une semaine avant son décès, il effectuait encore des recherches historiques et des traductions de documents allemands sur la bataille d’Arras lors de la Première Guerre mondiale.

Membre assidu de l’Académie d’Arras pendant trente-sept ans, il y a donné de nombreuses communications sur des questions culturelles et militaires : L’art Khmer au temps des rois d’Angkor ; Le régiment suisse de De Diesbach au service de la France ; Vauban, 1633-1707 ; Le Pré Carré de Vauban ; Vauban en Artoi, des fortification aux boulevards ; Vauban ingénieur civil, auteur des Oisivetés ; La prise du château de Vermelles vue par un sous-officier du génie, octobre 1914 ; Les Batailles d'Artois, 1914-1915 ; Les combats de Lorette ; Le général Delestrain ; Deux destins croisés, Charles Delestraint et Aubert Frère…

Chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite et de nombreuses autres décorations.

André Mervaux est décédé le vendredi 29 juillet 2016 à Farbus (Pas-de-Calais), dans sa 92e année. Il est inhumé au cimetière de Farbus le 2 août 2016 et l’ancienne place de l’Eglise de ce village porte son nom.

Publication dans les Mémoires de l’Académie d’Arras

Les généraux Schramm, MAA, 6e série, t. II (années 1980-1990), p.115-126.

« Les militaires en garnison à Arras de 1788 à 1790 », in Arras à la veille de la Révolution, MAA, 6e série, t. Ier (1990), p.99-128.

Sources

Témoignages de Philippe Mervaux, fils d’André Mervaux et du Colonel Jacques Coclet, ami intime d’André Mervaux.

 Frédéric Turner