Hesdin 04.10.1801 (12 vendémiaire an X) – Boulogne-sur-Mer 07.09.1870. Agrégé de grammaire, agrégé d’histoire et géographie, recteur de « l’Académie départementale du Pas-de-Calais ».

Élu en 1851 pour succéder au procureur Edmond Lallier sur le 1er fauteuil, reçu par Louis François Harbaville . Il est remplacé en 1855 par Emmanuel Davaine.

Fils d’un riche marchand d’Hesdin, Adolphe Delalleau est bachelier en 1822 et débute une carrière d’enseignant au collège communal de Maubeuge. Reçu à l'agrégation de grammaire le 31 octobre 1827, il est chargé de la classe de sixième au collège royal d'Amiens en 1829. Il y reste en poste jusqu'en 1830, après quoi, il est nommé professeur d'histoire, dans le même collège royal, au moment de la création du poste en 1831.

Son mariage le 8 avril 1833 à Béthune avec Aimée Félicité Homeline de Bailliencourt dit Courcol [1806-1870], le fait entrer dans l’une des familles les plus anciennes du Pas-de-Calais. Il porte désormais le nom de "Delalleau de Bailliencourt" et poursuit sa carrière.

Il est reçu à l'agrégation d'histoire et géographie  en septembre 1833, et passe de l’enseignement à l’inspection : inspecteur d'académie à Montpellier, le 24 octobre 1834, inspecteur de l’académie d’Orléans de septembre 1936 à novembre 1841.

Il accède enfin à la fonction rectorale : recteur de l’académie de Poitiers du 25 novembre 1841 au 7 août 1850, puis recteur de « l'académie départementale du Pas-de-Calais ». 

La loi organique du 15 mars 1850, modifie profondément le fonctionnement universitaire : les académies, jusqu’alors regroupement de départements, voient leur ressort restreint. Conçues pour un encadrement plus strict du personnel enseignant, elles deviennent strictement départementales et de « petits recteurs », aux attributions réduites, sont nommés. Arras devient chef-lieu de l'Académie du Pas-de-Calais.

Delalleau de Bailliencourt en est le recteur du 10 août 1850 jusqu’au 24 août 1854. Il prend ses fonctions de recteur en 1851 dans un contexte où tous les pouvoirs du département sont favorables au parti de l’ordre, à la liberté de l’enseignement et à la répression contre les instituteurs démocrates, position qu'il partage. Il rédige à l'intention du ministre de l'Instruction publique un Exposé de la situation de l'enseignement dans le département  publié en 1852.

Élu à l’Académie peu après son arrivée à Arras, en 1851, il y prend une part active le peu de temps qu'il y reste.

Après quoi, le 24 août 1854, Alphonse Delalleau de Bailliencourt atteint le point culminant de sa carrière : il est nommé Inspecteur d’académie à Paris en août 1854 et reçoit le titre de recteur honoraire. Il rejoint le groupe des neuf inspecteurs de la Seine, et il est chargé des affaires qui concernent l'enseignement libre. Il reste en poste jusqu'au 25 janvier 1866.Il fait valoir ses droits à la retraite le 25 janvier 1866.

Il se retire à Boulogne-sur-Mer [Pas-de-Calais]. Il y meurt le 10 septembre 1870. Il est alors âgé de soixante-huit ans.

Publications dans les Mémoires de l’Académie d’Arras

Discours de réception, MAA, 1ère série, t. XXVI (1853), p 114-120.

Rapport sur les fables et les contes de M. Derbigny, MAA, 1ère série, t. XXVII (1854), p 1-60.

Publications [en collaboration avec Jean-Léon Sanis pour les atlas] 

Cours normal d’histoire de France, à l’usage des institutions de tous les degrès, Paris, 1860.

Cours normal de géographie historique de la France, 1858.

Cours normal d’histoire sainte, d'après la Bible, depuis l'origine du monde jusqu'à l'avènement de Jésus-Christ, 1860

Géographie sacrée et atlas spécial, 1860.

Histoire de France depuis la Révolution française jusqu’à nos jours, 1860

Cours normal d’histoire ancienne depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’origine des guerres médiques, 1861

Abrégé d’histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu'à la Révolution française, à l'usage des institutions de tous les degrés, 1862

Cours normal d’histoire grecques depuis les temps les plus reculés jusqu'à la réduction de la Grèce en province romaine, à l'usage des institutions de tous les degrés, 1862.

 Sources

État civil : naissance : AD 62, 3 E 447/16, p. 196/218 ; mariage : AD 62, 5 MIR 119/11, p ; 248/1467.

CONDETTE Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, Tome II, Dictionnaire biographique, 2006.

HILAIRE Yves Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? t.1, p.224 à 228, 1977.

Textes rares.com

Agnès et Gérard Devulder