© Archives diocésaines d’Arras

Arras 19.02.1880 - Allouagne 23.04.1953. Chanoine.

Élu en 1931 au 23e fauteuil où il succède au chanoine Guillemant. Reçu le 22 juin 1933.

Troisième enfant de Charles Dhuin et de Caroline Legrand, négociants aisés de la rue aux Ours à Arras, il fait ses études secondaires au petit séminaire d’Arras, à l’Institution Saint-Jean de Douai et à l’Institution Saint-Joseph d’Arras, puis il se prépare à la prêtrise au séminaire de Saint-Sulpice à Paris (1899-1905). Il achève ses études théologiques au grand-séminaire d’Arras (octobre 1905-juillet 1906). Ordonné prêtre le 23 décembre 1905, il est nommé vicaire à la paroisse Saint-Jean-Baptiste à Arras en octobre 1906. Responsable du patronage des garçons, il en développe les activités et se découvre des talents en réalisant des décors de théâtre. Il commence alors à peindre des portraits de confrères. La guerre interrompt ce parcours.

D’abord réformé pour raison médicale, il est mobilisé en mai 1917 comme brancardier militaire. Démobilisé en mars 1919, il reprend son service à Saint-Jean-Baptiste où on l’encourage à continuer à peindre. Par ailleurs, il se fait remarquer par la forme remarquable de ses sermons et il est appelé dans toutes les paroisses d’Arras pour prêcher lors des solennités. Mgr Julien, dont il a peint un beau portrait, apprécie sa culture et le nomme directeur de La Semaine religieuse du diocèse d’Arras, publication officielle de l’évêché, (1924-1935). Après avoir été durant vingt-cinq ans vicaire à Saint-Jean Baptiste, il est nommé aumônier de l’Institution des Sourds-Muets d’Arras  (23 avril 1931-novembre 1948).

Il est élu à l’Académie en 1931 et reçu par le chanoine Fournier le 22 juin 1933. Ses confrères apprécient cet homme aimable, issu d’une famille respectée du vieil Arras, prédicateur talentueux, excellent organiste et peintre amateur admis au Salon des Artistes français de 1933. Il trouve facilement sa place dans cette Académie où les clercs jouent encore un rôle très actif. Il s’y intéresse aux belles lettres et aux arts. Rapporteur du concours des Beaux-Arts en décembre 1932 avant même d’avoir été reçu, il parraine et reçoit l’artiste peintre Charles Hollart le 27 juin 1935.

Musicien depuis sa plus tendre jeunesse, il devient le Grand chantre de la cathédrale en octobre 1937 et entre au chapitre, chanoine titulaire, le 4 août 1938.

Il est en mauvaise santé dans les dernières années de sa vie et se retire de la vie publique.

Il reste de lui une série de tableaux que l’on peut encore voir dans la sacristie de la cathédrale, au musée diocésain et aux Archives diocésaines, portraits de chanoines et de professeurs du grand-séminaire, et surtout le beau portrait de Mgr Julien, ci-dessous.

 

Portrait de Mgr Julien par Charles Dhuin

 

Publications

Et Jésus dit : Les évangiles des dimanches et principales fêtes de l'année commentés. 1931, réédité en 1936.

Sources

AD 62, fiche matricule 1 R 7111

Archives dioc. Arras, 4 Z 679

Réponse à son discours de réception par le chanoine Fournier, MAA 1934

Éloge funèbre, MAA 1953

 

Michel Beirnaert