Walincourt 17.10.1819 – Arras 22.02.1895. Principal du collège d’Arras.

Reçu en 1852 au 14e fauteuil.

Issu d’une vieille famille normande, il naît à Walincourt près de Cambrai et effectue de brillantes études secondaires qu’il termine en 1837 au lycée de Douai. Licencié es-lettres, il est successivement suppléant de rhétorique au collège d’Arras en 1845, régent de cette chaire en 1849, Principal-adjoint en 1856 et Principal de 1860 à 1887. Jusqu’en 1968, un prix Henri de Mallortie récompense chaque année le meilleur élève de français du lycée de garçons d’Arras. Officier d’académie en 1856, officier de l’Instruction publique en 1864, chevalier de la Légion d’honneur en 1870, principal honoraire en 1887, Henri de Mallortie est élu membre résidant à l’Académie d’Arras dès 1852. Son succès comme président de l’Académie fut tel qu’en violation unique des statuts, il fut prolongé huit ans dans ses fonctions de 1886 à 1894. Ce notable amoureux des Belles Lettres « personnifiait les qualités de charme et d’autorité que suppose la fonction » notait Georges Besnier. Président de la Société de Géographie, de l’Association de musique classique, membre de la Commission des monuments historiques depuis 1888, il décède à Arras le 22 février 1895 dans sa maison de la rue du Marché-au-Filé. Dans son discours de funérailles, son ancien condisciple du lycée de Douai, Aimé Pagnoul, souligne que « ses discours étaient des événements » et que « le sentiment religieux était en effet nécessaire à cette âme d’élite ». Ses obsèques eurent lieu à la cathédrale le 26 février 1895. Son corps repose au cimetière d’Arras et son buste en cuivre rouge surmonte le caveau familial.

Sources :

BERTHE Léon-Noël, « Sociologie de l’Académie d’Arras (1737-1979) », communication présentée à l’Académie le 19 octobre 1979, MAA, t.26, 1853,p. 201-224.

PAGNOUL Aimé, « Discours de funérailles de M. de Mallortie le 25-02-1895 », MAA, 11e série t. XXVI, Arras, 1895, p. 71-73.

 Alain Nolibos