Versailles (Notre-Dame) 27.04.1772 – Arras 29.03.1861. Négociant en draps, juge au tribunal de commerce en 1821 et président en 1827, conseiller municipal depuis 1828, il est maire (nommé) d’Arras quand il entre à l’Académie.

Élu le 14 janvier 1831 pour succéder au colonel Lucas de Missy sur le 12e fauteuil. Il est chancelier de l’Académie du 5 juin 1840 au 7 juin 1844. Démissionnaire en 1856, il devient membre honoraire, et il est remplacé par Antoine Laroche.

Jacques Dudouit est issu d’une famille commerçante de Versailles. Il s’installe à Arras sous le Premier Empire. Il s’y marie le 3 février 1813. Son épouse, Charlotte Cécile Saladin, une rentière de vingt-six ans, orpheline de ses deux parents, est la fille d’un ancien conseiller au Conseil d’Artois allié aux Wartelle et aux de Retz. L’un des témoins est son ami Marie Michel Bénard, qui a suivi le même parcours que lui.

Sous la Restauration, il s’occupe prioritairement de ses affaires, siège au tribunal de commerce, et s’intéresse aux questions sociales : il est administrateur des hospices publics en 1822, administrateur du Mont-de-Piété en 1823. Comme Bénard, il s’écarte du parti légitimiste en 1828 et se rallie au parti libéral. En janvier 1830, il organise un banquet réformateur, à l’hôtel de l’Europe à Arras, en l’honneur du député Degouves de Nuncques et s’implique localement en faveur de Louis Philippe pendant les « Trois glorieuses » de juillet. Il en résulte sa nomination de maire d’Arras, le 12 septembre 1830, pour remplacer le baron de Hauteclocque, dont, avec Bénard, il facilite le départ sans encombre. C’est le début d’une carrière publique marquée ensuite par son élection à l’Académie d’Arras désertée par les Légitimistes, sa croix de la Légion d’honneur le 31 décembre 1831, et sa facile élection comme Conseiller général en 1833 et en 1835.

En tant que maire, il fait décider en 1832 la démolition de la partie supérieure du beffroi d’Arras qui menaçait ruine. Il confie la direction des travaux à l’architecte de la ville, Joseph Traxler. La réédification s’achève en 1840. Il crée en 1837, dans l’ancien hôtel d’Épinoy, un refuge pour « offrir aux indigents valides un séjour jusqu’au moment où ils puissent trouver de l’ouvrage ». ; ils y trouvent gîte et couvert et à leur départ, perçoivent une allocation en dédommagement des menus travaux qu’ils y ont réalisés.

L’âge venant, Dudouit démissionne de sa charge de conseiller municipal en 1855. Et il quitte l’Académie en 1856.

Sources

État civil : mariage : AD62, 5MIR 041/43, p. 1354/1405

Carrière : MAA, 2e série, t. XXIX-1857, p 168 ; t. XXXIV-1862, p. 9 :  t. XXXV- 1863, p. 202.

HAUTECLOCQUE de, Gustave, La seconde Restauration dans le Pas-de-Calais (1815-1830), MAA, 2e série, t. XLII- 1911, p. 66-67, 201.

Base Léonore : LH/829/69 

Michel Beirnaert